momar

«Nos clients sont satisfaits des produits que nous leur proposons et qui répondent aux attentes des consommateurs sénégalais»

DB Foods, détenue à 35% par le FONSIS avec un investissement de 200 millions de francs CFA, affiche des résultats bien meilleurs que prévus cinq mois après le démarrage de ses activités. L’usine a permis de créer 561 emplois entre Septembre et Décembre 2019. Son Directeur Général, Momar Bâ revient, entre autres, sur les perspectives de DB Foods qui fait la fierté des producteurs et des consommateurs.

Cinq mois après son inauguration, comment se porte DB Foods aujourd’hui ?

Nous avons terminé l’installation de l’usine fin juillet 2019 et l’avons inaugurée en Août, en présence des différentes autorités. Il a ensuite fallu procéder aux tests de validation, de calibrage, de performance et de mise en service opérationnelle. Les premières productions ont été mises sur le marché à la fin du mois de septembre. Il faut toutefois souligner que le travail avait commencé bien avant l’inauguration, afin de pallier aux difficultés d’approvisionnement que rencontraient les autres acteurs de la filière. Également, nous avons développé des relations avec les bons partenaires distributeurs et négocié les contrats en amont afin de faciliter la pénétration du produit dans le marché. Aujourd’hui, sur le premier trimestre d’activité, les résultats sont bien meilleurs que prévus. Nous sommes contents que nos clients soient satisfaits des produits que nous leur proposons et qui répondent aux attentes des consommateurs sénégalais à savoir un riz blanc frais parfaitement calibré et entièrement dépourvu d’impuretés. Tout ceci est très encourageant pour les équipes qui travaillent d‘arrache-pied à la réussite de ce projet, mais aussi pour les partenaires qui y ont cru dès le début.

Votre objectif est de pouvoir offrir aux riziculteurs un éventail de services et un débouché pour la commercialisation des produits de leur récolte. Où en êtes-vous avec cet objectif ?

Lors de notre première campagne agricole, nous avons impacté près de 250 producteurs en leur offrant un débouché de commercialisation pour leur riz paddy. Pour ce qui est des services, c’est un travail de longue haleine qui nécessite de nouer une relation de confiance dans le temps avec les producteurs. Il faut également que nous puissions apporter les garanties nécessaires aux partenaires financiers afin de les rassurer par rapport au risque de contrepartie que nous aurons sur les producteurs, le secteur étant ce qu’il est. Cependant, nous y travaillons car pour être un acteur solide, il faut s’impliquer dans l’aval de la chaîne de valeur afin de mieux maitriser ses approvisionnements.

Quels échos avez-vous des riziculteurs et des populations environnâtes depuis le démarrage des activités de DB Foods ?

Nous avons eu à procéder à des initiatives sociales envers les populations lors de certaines occasions ponctuelles. Mais au-delà de la bienfaisance, DB Foods préfère mettre l’accent sur l’autonomisation des populations, donc l’offre de débouchés commerciaux pour les producteurs et la création d’emplois. Lors de notre première campagne (CSC 2019) nous avons d’abord tenu à travailler avec les producteurs de Thilène où, environ une trentaine de riziculteurs et de membres de l’union ont commercialisé leur paddy à notre usine. Au démarrage de la campagne hivernale (en cours), ces mêmes producteurs sont venus naturellement vers nous pour livrer les produits de leur récolte sans que nous ayons besoin de les démarcher, preuve en est qu’ils trouvent leur compte dans les prix que nous leur proposons.

Quelles sont les perspectives pour DB Foods ?

Dans la première phase, nous avions principalement deux objectifs : 1. Délivrer dans les délais et aux coûts prévus ; 2. Poser les bases d’un modèle durable tenant compte de nos réalités socio-économiques et fondé sur la création de valeur partagée avec la localité dans laquelle nous sommes installés, ses populations ainsi que les producteurs et distributeurs partenaires. En 2020, nous allons continuer à investir non seulement pour augmenter nos capacités logistiques mais aussi renforcer notre appui aux producteurs. Nos partenaires sont globalement satisfaits des résultats obtenus jusqu’à présent et sont résolus à nous accompagner dans cette phase. Notre objectif à moyen-terme sera d’asseoir le modèle et de pouvoir le répliquer dans d’autres zones ; éventuellement d’autres filières. Il y a des opportunités d’investissement intéressantes dans le secteur de la transformation notamment avec le développement des corridors céréaliers et celui de l’agropole Sud.

Français