• Posted on: 12 October 2015
  • By: Fonsis
Indéfini

Les acteurs de la Vallée du Fleuve Sénégal ont été sensibilisés sur le processus d’établissement et de création du Fonds Pme Fonsis-Saed d’un montant
d’un milliard de francs mis en place pour le développement des capacités d’investissement, d’endettement et de gouvernance
dans ladite zone.

Le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) et la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du Delta (Saed) ont décidé d’unir leurs efforts pour booster les capacités d’investissement des Pme dans la vallée. Pour ce faire, les deux institutions ont organisé un atelier de partage et de sensibilisation sur le Fonds Pme Fonsis-Saed d’un montant d’un milliard de francs afin d’informer et impliquer les acteurs de la zone dans le processus d’établissement et de création de ce fonds mis en place pour le développement des capacités d’investissement, d’endettement et de gouvernance dans la Vallée du Fleuve Sénégal Cet atelier qui s’est tenu ce mardi au Centre interprofessionnel de formation aux métiers de l’agriculture (Cifa) à Ndiaye a été organisé pour la diffusion de l’information et de sensibilisation autour de la création de ce sous-fonds doté d’1 milliard qui vient compléter le dispositif de financement, a expliqué Ibrahima Kane, directeur exécutif du Fonsis en charge de l’agriculture, de l’industrie et des infrastructures. Selon M. Kane qui s’exprimait à la fin de cet atelier, c’est ce dispositif de financement composé d’un ensemble de banques qui font des crédits et d’un ensemble d’outils
de garantie comme le Fongip que le Fonsis vient compléter pour des investissements et des projets de plus grande taille pour les Petites et moyennes
entreprises qui ont besoin de capital et de fonds propres.
Un diagnostic a été fait selon lequel il y a dans le tissu d’entreprises au Sénégal plusieurs manques ou défauts au niveau des Pme qui empêchent leur développement en termes de structuration financière.
Ces entreprises, a-t-il fait remarquer, arrivent à accéder au crédit avec beaucoup de difficultés et ont besoin de garantie pour accéder à ces crédits et
même parfois pour verser les fonds propres encore appelés apports que leur exigent les institutions financières. Ces fonds propres, souligne le directeur exécutif du Fonsis chargé de l’agriculture, sont un noeud gordien pour les entrepreneurs sénégalais. C’est donc suite à ce diagnostic que ce sous-fonds a été mis en place dans la foulée de la création du Fonsis qui adresse ce type de besoin à des entreprises de plus grande taille et le sous-fonds adresse le même besoin pour les Pme, a souligné M. Kane qui a aussi révélé que l’objectif du Fonsis est d’atteindre 20 milliards pour les Pme, mais
à condition que le démarrage soit un
réel succès. 
Amadou Thiam, directeur du développement appui aux collectivités locales de la Saed, a de son côté souligné que la mise en place de ce fonds entre en droite ligne avec la politique définie par le gouvernement dans le cadre de l’atteinte des objectifs d’autosuffisance en riz à l’horizon 2017. Ce sous-fonds destiné à appuyer le secteur privé par le biais des Pme afin de leur permettre de mieux s’impliquer dans l’atteinte de cet objectif permettra sans
nul doute, assure-t-il, aux Pme si elles sont bien sensibilisées de mieux jouer leur partition dans la vallée qui doit contribuer à hauteur de 60% sur les objectifs d’autosuffisance en riz.
En somme, selon les explications fournies par les responsables du Fonsis, le sousfonds permettra de soutenir le développement de l’agriculture irriguée en rive gauche du fleuve Sénégal et de la Falémé et de contribuer de manière significative à la réduction de la pauvreté dans les régions de Saint-Louis, Matam et Tambacounda.